mercredi 23 septembre 2009

M1 "Médiation culturelle"- Soutenance des mémoires.

C'EST LA RENTREE.... ET LE MOMENT DE SOUTENIR SON MEMOIRE DE MASTER.
DERNIER DELAI : LE 30 SEPTEMBRE


Lundi 28 septembre 2009- Censier – salle 209
8 H 15
Jury : Bruno Péquignot, professeur, directeur du mémoire
Catherine Bertho Lavenir, professeur

Laura ATRAN FRESCO
"L'influence du bilinguisme dans le processus de construction identitaire"
------------
9H-9H30
Jury
C Bertho Lavenir ( directeur du mémoire)
B-Nassim Aboudrar Professeur

Tena SRDRELIC
« La nouvelle dramaturgie yougoslave et les écritures théâtrales post-modernes »
------------------------
9H 30 – 10 H
Jury
Bruno Pequignot (pour Eve Brenel, directrice du mémoire)
C. Bertho Lavenir Professeur

Marie CAGNE
« L’art contemporain chinois, l’exemple d’une galerie parisienne »

-------------------
10 H-10H-30
Jury
C. Bertho Lavenir (directeur du mémoire)
Bruno Péquignot Professeur

Mlle DENG WENJUNG (MASTER 2 RECHERCHE)
« Les spécificité artistiques et culturelles dans le cinéma de Wong Kar-Waï »
-----------------------------------------
10H 30-11H

-----------------------
11H- 11H 30
Jury
Catherine Bertho Lavenir
Cécile Camart

Angélique BREVOST
"La maison d'écrivain : l'exemple du musée Victor Hugo"
-------------------------
11H 30-12 H
Jury
François Jost, Directeur du mémoire
Catherine Bertho Lavenir

Lola FERRE
"Le couple en représentation dans les séries des années 1990 et 2000"
--------------------------
12 H- 12 H 30
Jury
C. Bertho Lavenir Directeur du mémoire
François Jost Professeur

Amandine VALENTE Master 1
« Le festival international du film lesbien et féministe de Paris : quand les lesbiennes se font du cinéma »

----------

vendredi 4 septembre 2009

Vient de paraître

Vient de paraître un numéro de Medium intitulé Nous .

A l'intérieur, un article consacré à la façon dont le chœur est le creuset d'une expérience collective, sensible et sociale à la fois, médiatisée par l'objet qu'est la partition.

Extrait :

"La chorale" par Catherine Bertho-Lavenir

"Le chœur est une singulière façon de faire corps. Ce « nous » recomposé assigne à chaque chanteur une place et une tâche précises. C’est dans la mise en œuvre de la partition que se fabrique le passage du « je » au « nous ». Étude de cas.
Prenons deux chœurs, l’un à Montréal, l’autre à Versailles. Homogénéité suffisante du recrutement : des dames (beaucoup) et des messieurs (peu) appartenant à la moyenne bourgeoisie catholique ou protestante, plus quelques agnostiques de bonne composition et des ténors indifférents au fait religieux. Le répertoire est dans les deux cas analogue : du Vivaldi, du Bach, du Mendelssohn, et tous ces musiciens qui ont alimenté les grandes cérémonies chrétiennes en airs de circonstance au cours des trois siècles passés. Comment ces partitions transmises par la tradition d’une culture musicale occidentale produisent-elles aujourd’hui du nous à l’ombre des temples protestants français et des églises québécoises ?"

Voir aussi un compte rendu du numéro dans Le Monde