mardi 27 janvier 2009

L3 CULTURE POPULAIRE, CULTURE DE MASSE ET MASS MEDIA

Attention !
Malgré la grève j'assurerai le cours du jeudi 29 janvier car je serai absente ( mission à l'étranger) le jeudi suivant.

Vous trouverez ci dessous le textes correspondant aux notes de cours ce qui permettra aux étudiants empêchés par des problèmes de transports de prendre connaissance du programme et du contenu du premier cours.

Programme des séances
1°Jeudi . Introduction- Culture populaire-Culture de masse : l’opinion des gens cultivés – Les débuts du cinéma. Le cinéma comme industrie –Film : « Charlot patine »
2° Jeudi. Hollywood : naissance d’une industrie culturelle (1918-1960)Films : The public ennemy, (L'ennemi public)Warner, 1931, policier - Stagecoach (La chevauchée fantastique, 1939,western)
3° Jeudi. Hollywood : critiques de l’industrie culturelle (1918-1960) Film : Top hat ( RKO, 1935, avec Fred Astaire) - Bathing Beauties, MGM 1944 - Barton Fink, frères Coen, 1991
4° Jeudi. Le cinéma en Europe : résistances économiques, résistances culturelles (1895-1950)Film : M. le Maudit (Fritz Lang. Allemagne), Angele (Marcel Pagnol, France), Whiskey Galore (GB)
5° Jeudi. La radio aux Etats-Unis : le système des networks. Audience et publicité. Serials et sitcoms (1922-1960)
6° Jeudi. La télévision aux USA : le modèle des mass media (1950-1990)Emission : I love Lucy (Lucy and John Wayne)-The Bing crosby Show
7° Jeudi. Théories de la culture et des mass media 'voir cahier de documents)
8° Jeudi. La télévision comme service public en Europe : une autre représentation du spectateur (1945-1981)Emission : Les cinq dernières minutes, ORTF,1964; Robespierre. La terreur et la vertu, Stellio lorenzi et Alain Decaux ORTF, 1964
9° Jeudi. La télévision privée italienne, séduction et controverses (1975-2000)
10° Jeudi. La mondialisation de l’audio-visuel
Bibliographie sommaire
F. Barbier et C. Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à Internet, A. Colin, 2003 -C. Bertho Lavenir, La démocratie et les médias, A Colin, 2000,
Armand et Michèle Mattelard, Histoire des théories de la communications, la Découverte, 1995-
Jean-Loup Bourget, Hollywood, la norme et la marge, Nathan, 2004
Objet du cours : Le cours a pour objectif de permettre aux étudiants de connaître de façon un peu approfondie, dans le cadre d’un travail sur l’histoire culturelle du XXe siècle, les concepts de « culture populaire », « culture de masse » et « mass media », afin qu’ils puissent les mettre en œuvre dans le choix de leur sujet de mémoire en master 1. Il prendra la forme de cours magistraux de deux heures associant une heure d’approche théorique et une heure d’analyse d’œuvre(s) (film, émission TV). Les exemples sont principalement puisés dans l’histoire des Etats-Unis et de l’Europe.
On attendra des étudiants- qu’ils connaissent dans le détail les notions et exemples abordées en cours ;- qu’ils puissent les mettre en œuvre pour répondre à une question ;- qu’ils aient lu le manuel recommandé et au moins consulté les autres ouvrages cités dans la bibliographie
Contrôle des connaissances :- un devoir sur table en temps limité - un dossier sur un sujet défini par le professeur. Ces textes devront être écrit dans une langue académique. Le dossier devra être réalisé à l’aide d’un logiciel de traitement de texte, comporter des illustrations, avec légende et mention de la source, ainsi qu’une bibliographie en forme. Il ne devra pas dépasser huit pages.

NOTES DU COURS n° 1- 29 février 2006
Naissance des mass medias et critique de la culture de masse

Introduction
Deux questions se posent : ce que fait à la culture populaire l’arrivée des mass medias;ce qu’en disent les critiques
1. La culture populaire
La culture de masse est pensée comme une rupture avec la culture populaire antérieure.
Quelle culture populaire ? La « Culture populaire » est aussi appelée « Folklore », « Arts et traditions populaires », « Volkskunde ». Ce sont des termes forgés au sein de la culture savante (par des folkloristes, des lettrés) au XIXe s. Ils désignent un ensemble de créations symboliques associées à des pratiques : contes, chants populaires, proverbes, « superstitions », croyances, danses …Pour la décrire on collecte ( des chants, danses, contes) dans le monde rural essentiellement (sauf en Grande Bretagne). Cette culture populaire rurale ancienne est généralement associée à des valeurs. Elle représente pour ses promoteurs l’image d’un monde cohérent, stable; l’opposé de la ville et de la modernité; elle est associée à la création des identités nationales. Elle est souvent mise en scène dans la littérature et la peinture comme un monde stable et conservateur (Ex Pardon de la mer en Bretagne, par Dagan Bouveret). Dans de nombreux pays elle représente un rêve de lettrés pour fonder l’identité nationale ex. « L’invention de la poésie populaire », tableau hongrois

La fin d’un monde : vers 1900 les contemporains ont conscience de la fin d’un monde
Les éléments des cultures populaires rurales reculent devant des pratiques nouvelles venues de la ville. Dans le domaine des danses populaires, la danse les danses et instruments anciens( issus souvent du XVIIe siècle) tels que la bourrée et la musette cède le pas devant la polka et l’accordéon. Le récit de légendes à la veillée qui appartenait à une tradition orale cède devant par exemple le cinéma ambulant qui commence dans les foires. La « Littérature « bleue » de Troyes » - récits hérités du moyen-âge imprimés sur des livrets à couverture bleue - est remplacée par le feuilleton des quotidiens populaires. (ill ; la lecture du feuilleton)

Les défenseurs de la culture populaire ancienne réagissent d’une part par une folklorisation compensatoire (ill. un groupe folklorique vendéen à l’exposition universelle de Paris, 1937). D’autres cherchent à connaître les nouvelles cultures populaires urbaines (ill. un faubourg de Nantes en 1900). Les nouvelles sociabilités ouvrières ne sont pas véritablement un sujet d’étude pour l’ université avant la fin du Xxe siècle. Les premiers à s’y intéresser sont les militants politiques à gauche et les représentants des églises. L’enjeu est de contrôler les loisirs des classes populaires urbaines, du monde ouvrier et du monde paysan.
Le premier livre académique de grande diffusion sur le sujet est celui de Richard Hoggart The Uses of Literacy, (La culture du pauvre), publié en Grande Bretagne dans les années 1950 et traduit en France aux Editions de Minuit ( Pierre Bourdieu). En France et en Allemagne la question est posée de la création d’une culture ouvriere largement dominée par le réseau social d'inspiration communiste (Brecht). La réflexion se déplace vers la nouvelle culture « de masse » engendrée par les mass medias.
2. Mass Medias
-La notion de mass media est emprunté à la sociologie américaine. De nouveaux produits culturels sont fabriqués industriellement : – presse populaire illustrée ( Daily News, Petit Journal 1900 tirage 1, 5 millions ex…) - cinéma 1895- radiodiffusion 1920- télévision 1950.
Les caractéristiques des mass medias -Contenu : industrialisation de la production du produit culturel (ex. le studio hollywoodien) ; contenus standardisés (la série, le feuilleton)
Public : s’adressent à des individus nombreux et anonymes ex : la radiodiffusion - hors de leur groupe de référence (?)- liés à la problématique de la foule.
Ils produisent une nouvelle culture populaire radicalement différente de l’ancienne : la culture de masse. Transformation des contenus - formes du récit : du conte au feuilleton et à la série - formes de l’image : de l’image populaire (gravée ) à la presse illustrée -photographique - le récit cinématographique et télévisé (western, soap opera…) - cinéma/music hall/ séance de cinéma
-écoute collective ou familiale de la radio/ espace public/privé.
-Critique de la culture de masse. Auteurs :
écrivains ( B Brecht, Georges Duhamel)
- marxistes (Adorno, Horkheimer,Marcuse)
- les premiers sociologues (Ecole de Chicago).
Points de vue critiques – destruction des formes anciennes de la culture; destruction du tissu social; aliénation-
Points de vue positifs : symbolique adaptée à la société moderne.

Document : 1° DAGAN BOUVERET. Le Pardon Fin du XIXe siècle.
2° Presse populaire




---------------

Aucun commentaire: