mercredi 14 novembre 2007

L. 3 - Contenu du cours "Le Louvre en révolution"

Message pour les étudiants de C. Bertho Lavenir-
Université Paris III Sorbonne nouvelle. Médiation culturelle- Licence 3- 2007-8

Comme le calendrier des cours est perturbé par les grèves, vous trouverez sur ce blog le texte des documents habituellement distribués en cours. Voici le plan du cours prévu pour la fin novembre 2007-

LE LOUVRE EN REVOLUTION

Plan
I. Les musées d’art au XVIIIe s. en France
- Paris - Province (Dijon)
II. Le Louvre en révolution
-Création du Musée - Le Louvre de Roland - Le Louvre de David - Le Louvre de Napoléon - Le Louvre post-Napoléonien

REFERENCES
Geneviève Bresc, Mémoires du Louvre, Gallimard, Découvertes, 1989.
Dominique Poulot, Musée, Nation, Patrimoine, Gallimard, 406 p. 1997
Coll. Le Louvre d’Hubert Robert, RMN, 1979, 144 p.
Coll, Dominique Vivant-Denon, L’œil de Napoléon, Catalogue, RMN, 1999
Thomas Crow, La peinture à Paris au XVIIIe siècle, Macula, 2000, 340 p.


I. Les Musées d’Art en France au XVIIIe

1° Paris

- Rappel : - Le Louvre : galerie de tableaux depuis le XVIe siècle ( Galerie du bord de l’eau)- Le roi n’y habite plus; logements et ateliers concédés à des artistes
- On y organise tous les ans dans le Salon Carré une exposition de peinture contemporaine …
-Discuter les qualités de la peinture fait partie du « savoir être » des Lumières - Ex Diderot Les Salons.
- Réflexions sur l’organisation optimale des lieux:- Lafont de Saint Yenne propose le Louvre pour montrer les collections- Exposition ouverte au public au Palais du Luxembourg 1750-1777- Marigny propose en 1768 la restauration du Salon carré et de la Grande Galerie et le transfert des collections.
- Hubert Robert peint des « Fantaisies » qui expriment le désir d’utiliser la Grande Galerie …et de ménager un éclairage zénithal. Il est membre de l’Académie dès 1766, membre de la Commission du futur Muséum (1778), Conservateur des Tableaux du Roi, logé au Louvre de 1779 à 1806. Il est très représentatif du goût des ruines. Ex. tableau Vue imaginaire de la Grande Galerie en ruines, vers 1798-99 (Musée du Louvre).

2° Province-Dijon

- En province nombreuses sont les villes où se mettent en place les premiers musées souvent associé à des écoles de dessin.

A Dijon les Etats de Bourgogne créent en 1767 une Ecole de Dessin. Ils l’installent dans le Palais des Etats. (Ill.. Jean Bellu, Seconde coupe de la Salle des Statues, 1785, A.D. Dijon (lavis))- Années 1780 construction d’une aile spéciale qui abrite le « Muséum ». Décoration allégorique spéciale (La Peinture et la Sculpture). Bourse de voyage à Rome.1776
- Dans la Salle des Statues : 12 haut-reliefs copies d’Antiques : - "les Daces vaincus par Trajan" ( colonne Trajane) ; - "les neuf muses" ( sarcophage Albani) ; "L’horoscope…" (Herculanum) ; - "les Parthes vaincus implorant la Clémence de Trajan" détail d’un bas relief de la salle des statues par les élèves de l’Ecole de dessin. Signe tangible de l’utilisation des modèles antiques dans un but pédagogique.

II. Le Louvre en Révolution

1° 26 mai 1791 L’Assemblée décrète : Louvre …. Palais national. Habitation du roi et « Réunion de tous les monuments des Sciences et des Arts »

2° Le Louvre de Roland. 1792-an II.

Après le 10 Août 1792 Commission dite « du Muséum ». Regrouper les œuvres d’arts des Palais. Discussions. Le Musée est conçu comme un moyen de consolider la Révolution.. Ex. lettre ouverte de Roland à David (voir Cahier de documents)
- 27 juillet 1793 Charte fondamentale du Muséum qui ouvre au public en novembre 1793 ; Œuvres disposées dans le début de la Grande Galerie et le salon Carré ; « 537 tableaux de toutes les écoles- 124 bronzes, bustes, tables de marbres … ».
Des peintres vivants peuvent exposer.
Public admis de 9 H à 16 H, 3 jours par décade.
Dispute sur l’accrochage. « L’ancien » , Roland, est pour un accrochage « décoratif ». Pour ne pas confisquer le musée au profit d’une élite. Stigmatise la « vaine critique »-
- Critique venant du restaurateur Picart. Lettre au Ministre. Défend le savoir faire des professionnels. Les tableaux choisis pour être montrés doivent être « parfaits », « rangés par école », bien restaurés, bien encadrés; éclairage par le haut; bustes et statues disposés autour.
- Autre critique : le marchand Lebrun publie des Réflexions … puis Observations sur la médiocrité technique du catalogue. Ce musée girondin = musée de dépouilles. Les « jeunes peintres » sont mécontents; pas de message idéologique clair.

3° Le Louvre de David (an II)

- Le peintre David élabore un projet idéologique et technique pour le Louvre.
- Fermé pour travaux- Alexandre Lenoir (1761-1739) ami de David -Essai sur la peinture-Le musée comme cours d’histoire politique pour le visiteur et non plus modèle du beau pour le peintre- Organisation chronologique et par école (sculpture-peinture)
- Lenoir écrit… : en comparant … « l’observateur est forcé de se rendre compte des causes qui retardaient les progrès des arts chez tel et tel peuple tandis qu’ils florissaient ailleurs »
- Gabriel Bouquier peintre, Conventionnel jacobin, écrit un « Rapport relatif à la restauration des tableaux ». Il faut faire preuve dans le choix des tableaux exposés d’un « gôut inflexiblement sévère qui doit présider à la formation du muséum républicain »
- Privilégier les tableaux de style « mâle et nerveux » - Les tableaux religieux ne doivent être accessibles qu’aux seuls spécialistes …

4° Le Louvre de Thermidor (1798)

- Campagne d’Italie- Grégoire Rapport contre le vandalisme-
« Si vos armées victorieuses pénètrent en Italie, l’enlèvement de l’Apollon du Belvédère et de l’Hercule Farnèse serait la plus brillante conquête »- Réalisé par Bonaparte- 1797 Traité de Tolentino. Œuvres des coll. pontificales ramenées au Louvre- Nouvelle direction au Louvre dont Hubert Robert et Fragonard- Juillet 1798 entrée triomphale des œuvres saisies (à Parme, Le Corrège) … Procession du Museum au Champ de Mars- Modèle : « translation d’objets sacrés »- Stations- Présentation au peuple-

Point de vue critique sur la pratique du déplacement des œuvres : 1796 Quatremère de Quincy, Lettre à Miranda. Arguments : - universalité des œuvres ; le patrimoine doit rester sur place ( identité « locale »…) ; méditation très moderne sur le caractère destructeur du Musée.(voir texte du recueil de documents)-

Salle des Antiques : 9 nov. 1800 jour anniversaire du coup d’Etat 18 Brumaire Le Musée des Antiques est ouvert au public après une visite aux torches par Bonaparte et Joséphine.

5° Le Louvre de Napoléon

- Napoléon élabore un politique pour le Louvre symbole d’un pouvoir sur l’Europe- (Empire 1805)

1.Recruter des conservateurs. Dès 1803 recrute VISCONTI (Musée du Capitole à Rome) qui vient avec « ses statues »- VIVANT DENON nommé Directeur du Louvre- Écrivain (Point de lendemain)- Dessinateur- Collectionneur.

2- Augmenter les collections : achat de la collection du prince Borghèse ; 1808 arrivée de « l’Hermaphrodite Borghèse »- « découverte » des primitifs italiens et des tableaux de la Renaissance par les Parisiens- Saisie des collections des princes allemands

3. Réaménager des lieux: Architectes : Charles PERCIER et/puis Pierre François FONTAINE (44 ans architecte du Louvre)- 1806 : Expulsion des artistes ; Arc de triomphe du Carrousel ; Aile parallèle à la Grande Galerie- Sculpture allégorique- Eclairage zénithal : début des travaux

4. Expliciter une doctrine . Héritages : d’une part le musée est considéré comme signe de la puissance d’un prince : appartiennent à ce point de vue la pratiques des saisies lors des guerres (butin) ; l’exhibition et mise en scène dans le musée et décor du bâtiment ; une certaine conception « internationale » de l’art ; l’idée que le musée doit éduquer l’artiste (copie) et l’homme de goût ( visites).
Témoignent au contraire d'un esprit nouveau
- la prise en charge par la puissance publique -l’ouverture au public- l’accrochage « pédagogique » - le catalogue- l’envoi de certaines œuvres aux régions - le musée comme attribut de la Nation et de l’Etat.

6° Le Louvre post-Napoléonien

- 1815 : Waterloo- Retour des tableaux en Allemagne et en Italie. Affirmation du lien entre Musée et identité nationale. Allemagne : dimension « patriotique » ex à Cologne le retour du « Saint Pierre » de Rubens est célébré le 18 oct. 1815 jour anniversaire de la victoire de Leipzig – procession dans la ville, 50 enfants « témoins pour l’avenir »– A Berlin: 1815- « Inventaire des tableaux et des œuvres d’art reconquises grâce à la vaillance des troupes patriotiques et dont l’exposition publique a lieu … au bénéfice des soldats blessés pour la patrie »- 5000 pièces rétrocédées par le Louvre aux puissances européennes= majorité des pièces saisies depuis 1794 à l’étranger - Etats du Nord de l’Allemagne : toutes les saisies de Vivant Denon sont rendues- En Italie : Canova veille au retour des œuvres (Laocoon) .

Conclusion : les avatars du Louvre révolutionnaire et napoléonien ont fait mûrir la conception moderne du musée en France et en Europe
----------

Aucun commentaire: