mercredi 14 novembre 2007

L.3. Contenu du cours "naissance du musée" (suite)

Informations pour les étudiants de Licence III de Médiation culturelle
Université Paris III-Sorbonne nouvelle

Vous trouverez ci-dessous le texte résumé du cours du jeudi 15 novembre 2007
"Musées, monuments, expositions, les fabriques de l'identité"


LICENCE MEDIATION CULTURELLE
Novembre 2007- C. Bertho Lavenir
« NAISSANCE DU MUSEE »
XVI-XVIIIe s


Référence ( voir biblio générale)
Roland Schaer, L’invention des Musées, Découverte Gallimard, 1993-2002, 144

Problématique
Les musées réfractent l’esprit du temps. Cela se lit dans
- La composition de leur collection qui renvoie à l’état et à la forme des connaissances. Evolution du goût ; de la conception du beau ; de la science médiévale à la science moderne
- L’organisation (quels financements ? -quels bâtiments ?- quelles formes de visite ?) qui renvoie à la forme de la société
PLAN
I. CURIOSITES ET COLLECTIONS
1. Le cabinet de curiosité
2. La collection d’antiques
3. La collection de tableaux
II. DEBATS DU XVIIIe SIECLE
1.La gestion se professionnalise
- Winckelmann - Les Offices – Musées et despotisme éclairé
2. Vers les muséums de sciences naturelles

III.VERS LE LOUVRE
1° Le débat sur les salons à Paris
2° Ecoles de dessins et musées de province…

----------

I. CURIOSITES ET COLLECTIONS

Origine du mot Musée: MUSEE d’ALEXANDRIE 300 av JC
Un lieu comprenant - collections - bibliothèque- savants en résidence, loin du modèle actuel du lieu spécialisé ouvert au grand public

1° Le cabinet de curiosité

- Le Cabinet des Princes réunit des choses précieuses qui marquent le statut de leur possesseur : pierres précieuses, œufs d’autruche
- Ils se multiplient à partir de 1550- Kunstkammer et Wunderkammer- Cabinet d’Isabelle d’Este- Princes de l’époque maniériste-
- Isabelle d’Este princesse de Mantoue : 1490 « Studiolo » et « grotta »: cabinets secrets décorés pour jouir de ses trésors
-François 1er de Médicis : 1570 et suiv. Studio à l’atmosphère nocturne- Théorie des analogies- Décor inspiré d’un traité de mnémotechnique et système encyclopédique, l’Idea del Téatro, de Giulio Camillo
- Albert V de Bavière -1563 édifie un bâtiment spécial à cour carrée entourée d’une galerie à arcades : forme typique du musée d’art -1565 écrit un traité sur la manière d’organiser de telles collections
Caractères communs : réunit les bizarreries de la création. Pierres rares, aérolithes, roses des sables, animaux exotiques. Arrière plan philosophique . Nature = création. Intérêt pour les « monstres ». Evolution lente vers les sciences de la nature.
-Cabinets d’hommes de science. 4 Cabinets célèbres du XVIIe siècle
1°COSPI Riche collectionneur de Bologne Prestige social de son propriétaire 2° CALZOLARI Apothicaire de Vérone 3° FERRANTE IMPERATO Naples. Réviser l’héritage antique et perfectionner la pharmacopée. 4° OLE WORM. Naturaliste de Copenhague. Catalogue en 1665. Vers la science moderne. Critique la croyance dans les licornes ( corne =corne de narval).
- Les cabinets de curiosité au XVIIIe siècle. Ce n’est plus « la science qui se fait ». Aristocrates et riches bourgeois provinciaux. Signe de richesse et de distinction. Dimension pédagogique. ex. Versailles 1780 cabinet du précepteur des enfants du Duc d’Orléans
- Cabinets … les différences avec le musée Lieux : dans des châteaux et des demeures aristocratiques ou de la riche bourgeoisie; pièces spécialisées et décorées. Présentation selon des critères plutôt esthétiques, surprendre, impressionner. Parfois un catalogue. Visites par recommandation. (voir texte du Psdt de Brosse dans le recueil de documents)

2° La collection d’Antiques

Evolution vers - la spécialisation des lieux - la création d’un savoir théorique (Winckelmann )- La création du métier de conservateur
Les lieux: Rome : Villas des Médicis, Borghese, Farnèse- Jules II fait construire par Bramante la cour plantée d’orangers et entourée de niches du Belvedère. Florence- Laurent de Médicis- Construction de la Galerie des Offices- Interdiction d’exporter des œuvres (tableaux). France François 1er, 1528 aménagement d’un pavillon de chasse à Fontainebleau. Envoie le Primatice à Rome en 1540 puis 1545 pour acheter tableaux et copies de statues

3° Les collections de tableaux

- Marque de la culture aristocratique. Dans toutes les cours d’Europe y compris dans les petits cours allemandes. Création de galeries spécialisées dans les châteaux. A Paris création de la Galerie du bord de l’eau au Louvre
- Identification du Siècle d’or italien- Vasari écrit : Libro de’ disegni- Classement et appréciation des peintres italiens : Raphaël, Le Perugin …
- Premières expositions temporaires en Italie : - à l’occasion de fêtes religieuses, dans des cloîtres et églises, - avec prêt des collections aristocratiques - premiers catalogues


II. LES EVOLUTIONS DU XVIIIe siècle
1° La gestion des antiques et tableaux se professionnalise

-Professionnalisation de la profession de conservateur : Winckelmann, 1717-1768. Etudes de théologie protestante à Halle ( Saxe Anhalt)- 1755 Réflexions sur l’imitation des œuvres des Grecs en peinture et en en sculpture. Défend l’art classique grec. Se convertit au catholicisme Se rend à Rome. Bibliothécaire du cardinal Albani puis Conservateur des antiquités romaines et des bibliothèques du Vatican. Compte rendu des fouilles d’Herculanum. Assassiné à Trieste par un voleur. Histoire de l’art de l’Antiquité, 1764 puis Monumenti Antichi Inediti Spiegati ed Illustrati (1767-1768). Théorie des quatre époques : Archaïque – Ancien- Classique- Décadent - Donne des clefs de lecture de la statuaire

- Florence:1737 la princesse transfère la propriété des collections familiales à l’Etat de Toscane- 1769 : la gestion des Offices passe à l’administration publique- Le métier de conservateur à Florence- 1769 le nouveau duc de Florence Leopold décide la réorganisation des Offices- Jusqu’alors esthétique baroque. - Oeuvres disposées pour faire de l’effet : décoratif, émotion, surprise- 1771 : séparation des instruments scientifiques et d’histoire naturelle; ils reçoivent 20 000 visiteurs / an années 1790- Réorganisation des tableaux par séries chronologiques et logiques- Luigi Lanzi conservateur écrit Histoire de la peinture en Italie en 1795-96

- en EUROPE. Vienne : Christian von Mechel réinstalle la collection au château du Belvedère.Catalogue : musée comme « dépôt visible d’histoire de l’art » . Düsseldorf : collection réorganisée par écoles et par ordre chronologique. En Russie. Les souverains éclairés ouvrent leurs collections au public. Infra: le pavillon des Sciences et des Arts dessiné par l’architecte français C.de Wailly pour Saint Petersbourg, ( projet), 1773

2° Vers les Muséums de Sciences naturelles

Changement de perspective -Leibnitz : 1708 Mémorandum pour le Tsar : « cabinets pas seulement pour la curiosité mais pour perfectionner les sciences et les arts ». Sciences de la nature. Faire des grands tableaux des espèces et des genres. Collectionner, identifier, comparer, classer. Linné, Buffon.

Reprise des voyages de découverte. Cook James, 1728-mort Hawaï 1779
-1768-1771 Tahiti (1769), découvre les Iles de la Société, tour de la Nouvelle-Zélande;- 1772- 1775 : trois croisières antarctique, découvre les îles Sandwich - 1876 : découvre les îles Hawaï, tente le passage du Nord-Ouest, tué à Hawaï- 1er voyageur scientifique moderne. Bougainville : 1729-1811. Tour du monde sur La Boudeuse . 1766-1769. Tahiti, Samoa, Nouvelles Hébrides, Îles Salomon (découverte), Moluques

Sciences de la nature : classer, organiser- Linné : (né en Suède) 1707-1778. Classification des plantes en 24 classes d’après des caractères liés à la disposition des pistils. Classification du règne animal- Philosophia Botanica. Buffon (1707-1788). 1749-1789 Histoire naturelle (36 vol)
Description exhaustive des productions naturelles, des minéraux à l’homme en passant par les animaux et les végétaux. Traité des époques de la nature

- Vers le British Museum- 1683 s’ouvre à Oxford un nouvel édifice - « Musaeum Ashmolianum- Schola Naturalis Historiae -Officina Chimica »- Reflète l’évolution vers la philosophie naturelle et la science expérimentale- John Tradescant, « garde des jardins royaux » lègue en 1659 à son ami Ashmole sa collection prestigieuse de curiosités. Ashmole passionné de numismatique, généalogie et botanique y ajoute sa propre collection de médailles et de manuscrits. Il lègue le tout à Oxford en 1683. Tradescant aurait rapporté en 1637 cette curiosité d’Amérique « Cape de Powhatan, roi des Indiens algonquins de Virginie ». Le musée est
- intégré dans l’enseignement, (associé à la nouvelle chaire d’histoire naturelle expérimentale)
- ouvert aux visiteurs, un garde, entrée pour 6 pences, « même les femmes ».
British Museum, 1753 : le Parlement décide du rachat de la collection du Dr Sloane, médecin de la famille royale qui l’a proposée « A la nation pour la manifestation de la gloire de Dieu, la réfutation de l’athéisme et de ses conséquences, l’usage et les progrès de la médecine, et le bénéfice de l’humanité ». « Dépôt général pour les Sciences, les Arts et la postérité ». Le Parlement confie la direction de l’établissement à des Trustees. Ils achètent un Hôtel particulier et l’adaptent à l’usage de conservation et de visite.

- A Paris- Le Jardin des Plantes est créé en 1633 à Paris- 1739 Buffon en prend la direction 1745 Daubenton Cabinet d’histoire naturelle. Le réorganise en cherchant à assembler des séries complètes dans chaque ordre. Il ne deviendra le Muséum d’histoire naturelle que sous la Révolution .

III. VERS LE LOUVRE

1° Le débat sur les salons à Paris

Les salons : première « exposition temporaire d’art vivant »-suscitent une réflexion collective sur la fonction sociale de l’exposition de l’art. 1667 L’Académie royale de peinture organise chaque année une expo d’art approuvé. 1699 dans la Grande Galerie du Louvre. Après 1725 dans le Salon carré du Louvre (Palais royal). Essais infructueux de l’initiative privée : en jeu : la définition de la « bonne » peinture. Peinture d’histoire contre peinture de genre. Pression sur la royauté. 1747 Libelle : Réflexions sur quelques causes de l’état présent de la peinture en France La Font de Saint Yenne: - demande que l’on montre au Louvre les tableaux « perdus » à Versailles - exposer des modèles pour les peintres - satisfaire les visiteurs étrangers
- 1750-1779 : le roi concède le Luxembourg 100 tableaux de la collection royale- Ouvert au public les mercredi et samedi…Début d’une réflexion sur un musée
- 1774 Louis XVI nomme D’Angiviller- Directeur des Bâtiments du roi- Les plans reliefs évacuent la Grande Galerie- Réflexion sur l’architecture idéale:- Nov. 1788 : éclairage zénithal du Salon carré : Eclairage zenithal, charpentes métalliques et verres dépolis

2° Ecoles de dessin et musées de province
- voir document suivant -
-------------------

Aucun commentaire: