mercredi 19 septembre 2018

Cours n° L'héritage : le " Studio System"







C. Bertho Lavenir - L'héritage. Le " studio system". 


Les studios hollywoodiens entre 1920 et 1940  illustrent, dans leur fonctionnement, la tension entre art et marchandise caractéristique des industries culturelles. On s'intéressera  à ce que Janet Staiger a appelé "the studio system". 

Bibliographie indicative 
  • Frédéric Barbier et Catherine Bertho Lavenir, Histoire des médias, de Diderot à Internet, A Colin, 2003, chapitre sur le cinéma 
  • Jean-Loup Bourget, Hollywood, La norme et la marge, Nathan cinéma, chap. 3-5
  •  Joel Augros, Kira Kitsopanidou, L’économie du cinéma américain, A. Colin cinéma, 2009 
  • Janet Staiger, The Studio System, Rutgers, 1995, 333 p.

. Le système classique des studios 
  • Les films produits à Hollywood entre 1920 et 1960 illustrent le phénomène d’industrialisation de la culture. 
  • Ils sont produits au sein du « système des studios » (Janet Staiger) selon un processus qui les apparente à des produits industriels. 
  • Mais leur contenu symbolique et l’émergence du cinéma comme « 7e art » les inscrivent ne même temps au cœur de la culture du XXe siècle 
Films de référence 
  • Films auxquels vous pouvez vous référer pour ce cours.
  • MGM : Bathing Beauty, 1944 ballets aquatiques) 
  • Paramount : Gone with the Wind, (« Feature ») 
  • Columbia, M. Deeds Goes to Town, 1936 (comédie sociale)
  • Warner, The Public Ennemy, 1931 (gangster) 
  • RKO, Farewell my Lovely, 1944 (gangster) 
  • UA, Stagecoach, 1939 (western) 
page11image4864
Le cinéma comme industrie 
  • Avant 1912 l’essentiel des films distribués aux Etats-Unis est d’origine européenne 
  • Gaumont, Pathé, films italiens 
  • Edison, industriel et inventeur, tente de verrouiller le secteur par le biais des brevets sur le matériel. Met en place le « Trust » 
Les distributeurs 
  • Le secteur est réorganisé à l’initiative de distributeurs qui créent les studios de façon à alimenter leur réseau de salles 
  • Ils s’installent à Hollywood loin des avocats d’Edison et dans une région où l’on peut tourner à la lumière naturelle 
Les studios 
  • Les 5 grands studios (« majors ») sont MGM, Paramount, Warner, Fox, RKO. Ils contrôlent en 1935 88% du CA total du cinéma américain 
  • Universal, Columbia, United Artists sont plus petits 
  • Tous ensemble en 1935 ils contrôlent 95 % de la distribution
  • Chaque studio possède son histoire et son style 
  • mais tous ont des structures économiques analogues 
1. MGM 
  • La MGM ( Métro-Goldwyn Mayer) naît à la fin des année 1920 de la fusion de 3 compagnies 
  • Son patron est Louis B. Mayer ( jusqu’en 1950) 
  • C’est un gestionnaire plus qu’un créateur et un conservateur qui refuse les engagements idéologiques 
  • Malgré la devise du studio « l’art pour l’art », dans ce studio le producteur passe avant le réalisateur
  • La MGM emploie les réalisateurs les plus prestigieux des années 1920 : Von Stroheim, Mervyn LeRoy, King Vidor, Cukor 
  • Le studio les met au service des stars telles que Clarence Brown, Greta Garbo, Victor Fleming ou Clark Gable
  • Parmi les stars de la MGM (Garbo, Joan Crawford), Jean Harlow est la figure la plus «populaire » (la moins sophistiquée). 
    Les hommes (Clark Gable, James Stewart) sont des emblèmes de l’Amérique virile, sportive, entreprenante, pleine d’humour et de bon sens 
  • Les films sont réalisés avec un professionnalisme élevé : les costumes, le son, la photographie sont extrêmement soignés 
2. Warner bros 
  • Le style du studio des frères Warner est plus inventif, moins riche, plus engagé 
  • Les propriétaires sont les 4 puis 3 frères Warner. Jack L. Warner dirige personnellement le studio à Hollywood 
  • Il est assisté de Daryl Zanuck comme directeur de production de 1931 à 1933 puis de Hal B. Wallis (1933-46)
  • La Warner considère le cinéma un peu comme on considère alors la presse. Le studio favorise les sujets engagés; divers procédés (montage haché, ellipse, musiques) accélèrent le tempo des films
  • La Warner produit des films qui racontent une histoire. Elle produit les premiers films sur des sujets sociaux. Certains titres sonnent comme une manchette de presse
    • Ex :
    • I am a Fugitive from a Chain Gang, Mervyn Le Roy, 1932, adapté du roman de R. Burn
    • Heroes for sale de Wellman (1933), sur la répression sanglante d’une manifestation syndicale par la police de Chicago
• A la Warner les stars sont au service de l’histoire
Erroll Flynn dans Tony Richardson, The Charge of the Light Brigade1936 
James Cagney, Edward G Robinson: figures de gangsters, d'aventuriers, milieu urbain
Bette Davis, Vivian Leigh : femmes énergiques

• Réalisateurs :
Michaël Curtiz : Aventure, espionnage 

(Casablanca, 1942). 80 films en 25 ans ;
Raoul Walsh: The Big Trail, 1930
Le studio a la réputation d’exploiter les acteurs. 

3. Paramount 
  • Longtemps présidé par Zukor qui intitule son autobiographie The public is never wrong (il meurt en 1976 plus que centenaire) 
  • Le « director » a beaucoup de prestige : il est considéré comme un auteur.
    Par exemple  Cecil B. De Mille, Lubitsch, Sternberg,
  •  Films historiques et comédies sophistiquées 
  • Stars : Marlène Dietrich, Emil Jannings, Claudette Colbert, Maurice Chevalier; souvent « importées » d’Europe
4. Fox
• - tradition du documentaire et importance du scénario 
John Ford, Grapes of Wreath, Henri Fonda
John Ford,Grapes of Wreath, 1933 

5. RKO 
• Radio Keith Orpheum 
• Partenaire de RCA ( brevet son)
*Style de production haut de gamme - Décors les plus beaux de Hollywood (art déco) 
cf Mark sandrich, Top Hat, 1953 avec Fred Astaire et Gingers Rogers. Musique Irving Berlin. Ses airs deviennent des classiques de la culture populaire américaine
*Orson Welles réalise Citizen Kane (1941) et The Magnificent Ambersons (1942) 





Les « petites » majors 
Universal 
- Columbia
          - Franck Capra, des films politiques dans une veine populiste 
          - « screwball comedies » : des comédies déjantées, assez sexy, très bien écrites
- United Artists :
           - créé par  Chaplin, D. Faibank, M Pickford, D W Griffith pour contrôler leurs films.  
          - Wurthering Heights 1939  
          - Productions de prestige (D.O. Selznick) 

Organisation
• Monopole vertical : 
 intégration des fonctions de production, distribution, exploitation

Capital 
  • Concentration capitalistique : après la crise de 1929 rachat par des capitaux de la côte est. 
    • Fox / par RCA ( grosse compagnie de matériel électrique)
    • Warner/ par la banque Morgan 
    • RKO /par le magnat de l'industrie Rockefeller
Le film un produit industriel ? 

• - Rationalisation de la production.
La production a des caractéristiques qui sont celles de l'industrie fordienne : 
  • -  Division du travail et spécialisation 
  • -  Studios : ce sont des espace spécialisés ( comme les usines) avec corps de métiers spécialisés et hiérarchisés ( comme les ouvriers)
  • -  Le réalisateur de série prend son scénario dans un casier : budget, temps, acteurs, nombre de chevaux le cas échéant, tout est précisé 
Le texte comme matière première

Achat des textes et optimisation : les textes sont recherches dans tous les secteurs de la culture populaire. 
Reader Digest ( recueil de résumés de romans ou de grands livres réécrits dans un style accessible).
Broadway 
: les droits des pièces de théâtre jouées à New York sont systématiquement achetés si la pièce semble convenir. En 1925 la Fox dépense 150000$ à Broadway. Les théâtres craignent la perte de leur indépendance. 

- Le texte est retravaillé : les interventions sont confiées à des spécialistes : script editor, dialoguistes ...; le récit est systématiquement revue par des bataillons de professionnels. Ex. à la MGM plus de 60 écrivains- scénaristes Travaillent sous une même direction 
À un moment on trouve à Hollywood  W. Faulkner, F Scott Fitzgerald, Joseph Mankiewicz ... et même pendant la guerre Bertolt Brecht


Le séjour de Faulkner à Hollywood isnpire aux frères Joel et Ethan Coen le film Barton Fink, 1991

Une « gamme » de produits 
Comme les voitures les films sont organisés en une gamme de produits
  • - Universal 1927-28 a comme schéma de production : 
    • 11 films de prestige (5 tirés de romans célèbres, 2 de pièces à succès)
    •  33 films « ordinaires » (fictions type Reader Digest
    • 22 films populaires ( surtout westerns issus de la Western Novel)
Le marketing du film 
• Les histoires sont calibrées pour répondre au "goût du public"
- Des « previews »  permettent de vérifier les réactions du public.  Happy ending imposé
- La production multiplie les éunions pour arbitrer entre - contraintes financières et 
désirs supposés du public 
- choix des scénaristes et du réalisateur

Une commercialisation optimisée 
le Star system participe de la publicité 
Distribution : Le« block-selling » permet de vendre ensemble Features (films dont on pense qu'ils auront du succès) et tout venant ( séries B). C'est la critique européenne qui donnera ultérieurement du lustre aux séries B. 

Un produit d’exportation. 
  • 25 000 salles aux E U contre 4500 en France 
  • 1926 on importe 444 films américains /an en France 
  • Production en France : 150 grands films en 1921, 52 en 1929 
La censure comme assurance commerciale 
1915 : le cinéma devient un genre familial 
1907 : Chicago ordonnance de police, menaces que représentent les décisions locales
Années 1920 : Hollywood scandales. Patty Arbuckle; Divorce de Mary Douglas pour épouser Douglas Fairbank
 1927 /1930 Code Hays 

Une culture populaire 
  • Genres : Un produit standardisé. Des schémas narratifs et esthétiques stables. 
  • Le public sait à quoi s’attendre 
  • Les réalisateurs maîtrisent des codes – Ils les transgressent à la marge 
    • Comédie burlesque
    • Western
    • Comédie musicale ...
Charge idéologique 
  • Ex Western 
    • Issu du roman et de la gestuelle des spectacles de Buffalo Bill
    • Récit fondateur de la légitimité de la conquête de l’Ouest
    • Epouse les transformations de la société américaine : ex Tom Mix figure morale de la société victorienne
Conclusion : ce modèle élaboré au cours des années 1920-1930 est déstabilisé à l'issue de la seconde guerre mondiale. Hollywood doit s'adapter. 



Mais une créativité constamment renouvelée 
  • Industrialisation d’un produit culturel 
  • Compatible avec la fonction de production d’un discours symbolique 
  • Propose des récits et des images qui une fonction dans la société américaine 

Le cinéma hollywoodien après 1945


COURS M3SC01-SALLE D35-Le lundi de 15h à 16 h. 

Programme des cours

Lundi 17 septembre Cours n°1
« Le Studio System et sa remise en cause »

Lundi 24 septembre Cours n°2
« Crise dans la censure 1- Irruption du cinéma d’auteur européen »
– Sexe et homosexualité »










Lundi  1er octobre Cours n° 3
« Crise dans la censure 2. Le rating System- Lolita ».
L’invention du film X




Lundi 8 octobre Cours n° 4

Le cinéma de la Blackexploitation





















Lundi 15 octobre Cours n° 5
Effets de la contreculture - Bonnie and Clyde 1967
Easy Rider1969 

Lundi 22 octobre Cours n° 6
L’invention du Blockbuster. Jaws 1975
 Le Hollywood des nouveaux réalisateurs 1. Horror Movies






... ou The Texas Saw Massacre 1974

Lundi 29 octobre
Suspension des cours





Lundi 5 novembre Cours n°7
Le Hollywood des nouveaux réalisateurs 2 .
F.F. Coppola. Apocalypse Now

Lundi 12 novembre Cours n° 8
Walt Disney.

Lundi 19 novembre Cours n° 9
L’offensive des groupes multimédias.
Hollywood et les guerres justes

Lundi 26 novembre Cours n° 10
Marges et nouveau cinéma d’auteur.
Les frères Coen

Lundi 3 décembre Cours n° 11
Hollywood hors de Hollywood.
Les studios australiens.

Lundi 10 décembre Cours n° 12 

Examen

dimanche 29 avril 2018

Contrôle continu Cours M6SC01

A l'attention de mes étudiants du TD M6SC01 Histoire photographie, cinéma, télévision du lundi 14h30-16H30 2d semestre (2018).

Information importante. Comme les instructions reçues du département de Médiation culturelle m'y autorisent je vous informe que la note du devoir "en temps libre" que vous m'avez remis ( directement ou par internet) sera votre note de contrôle continu pour ce TD.
Vous n'avez pas d'autre devoir à me rendre. Je remettrai les notes au secrétariat en temps voulu.
Bon courage.
C. Bertho Lavenir

mercredi 11 avril 2018

Blocage de Censier. Réoganisation


A mes étudiants de Licence, Cours Histoire du cinéma
- Cours. Le dernier cours n'a pas pu avoir lieu. Je porte donc à votre connaissance les éléments suivants
- Contrôle continu : tous vos dossiers ont été corrigés. Ils sont dans l'ensemble bons ou très bons. Soyez rassurés.
- Partiel : - Le programme des révisions pour le partiel porte sur toutes les questions vues en cours et reprises dans le document déjà publié sur sur ce site moins la partie sur le cinéma de Hong Kong. -  Il s'agira de questions de cours. Prenez le temps de regarder sur internet les films des extraits des films cités.
L'éventuelle réorganisation des examens dépend de l'université et du département.
A mes étudiants de M2R cours  " Scandales et censures"
- Dossiers : les présentations prévues pour vos dossiers ne peuvent pas avoir lieu pour l'instant. Je vous suggère de les transformer en textes rédigés et de me les adresser par mail. Nous verrons au besoin comment réorganiser les présentations si cela s'avère possible.
Bon courage à tous.

vendredi 23 février 2018

M2 : Séminaire " Censures, scandales ..." travail personnel demandé




Controverses dans le champ artistique et culturel.

Il  sera demandé aux étudiants de présenter une étude de cas, liée de préférence, à leur travail de recherche en s'appuyant sur le protocole suivant :

Protocole d'analyse et de présentation d'une controverse

I. Choisir un évènement artistique ou culturel ayant donné lieu à controverse:

- annulation d'une représentation, projection, émission, exposition 
- censure totale ou partielle d'une œuvre,
- controverse critique violente,
- destruction de l’œuvre, de la collection, collection rendue inaccessible ou invisible
- mise en cause de l'institution (renvoi du personnel de médiation, fermeture du musée, des collections).

II. Procéder  à
- la description brève de l’événement
- sa contextualisation (politique, sociologique)
- la description des acteurs (individus, groupes, institution)
- l'identification des enjeux ( dans le champ social et dans le champ artistique)
- l'analyse des procédés rhétoriques employés
- l'analyse des procédés de communication
- l'évaluation des conséquences immédiates et à terme. 

Conclusion
Discussion sur les enjeux éthiques et politiques, la responsabilité du médiateur.
L'exercice a pour fonction d'aider les étudiants à prendre du recul par rapport aux notions préconçues ("liberté de l'art", "engagement" "responsabilité").

On s’intéressera au jeu des acteurs et on s'inspirera plus généralement des méthodes d'analyse de l'histoire immédiate et de la sociologie.
Les étudiants présenteront leur travail sous forme de ppt ou de blog. La notation tiendra compte de leur capacité à présenter leurs résultats d'une façon intéressante et motivante pour leurs condisciples.

Les séances de présentation auront lieu des 28 mars et 11 avril. 

Par ailleurs, pour rattraper les séances manquées ( information partielle, neige)  les cours commenceront désormais à 8 H et non à 9 H. La séance du 14 mars sera consacrée à la Russie contemporaine, et à l'articulation entre la provocation artistique et l'activisme politique.